Rechercher dans ce blog

dimanche 4 mars 2018

crash test : fleurir les zones d'ombre

Je vais continuer de faire de l'expérimentation dans mon jardin en testant pour vous les rosiers en zone d'ombre

Les zones en question....(j'ose braver la honte pour vous monter ces zones d'horreur...)


zone crash test 1 à fleurir : l'arrière de mon atelier et de l'appentis, mur face au nord, au fond on a de l'ouest et à l'avant de la photo, de l'est, tournons sur notre gauche pour faire le tour du bâti...


voilà la façade est de mon atelier

et voilà la façade sud, le but serait dont de trouver un rosier ou tout autre grande, mais vraiment grande grimpante pour couvrir et le mur nord mais aussi que ça vienne sur le toit de l'atelier pour cacher un peu cette verrue

Zone crash test 2 à fleurir : le bande de terrain  le long du mur des voisins, qui se trouve évidemment être à l'entrée de notre maison, même orientation que la zone crash test 1 (je vous avais prévenu, c'est moche !)


une bande de "terre" hummm mauvaises herbes plutôt d'environ 2,50 m de large mais très longue avec un peu de soleil le matin et du soleil après 15h.
J'ai trouvé des vivaces pour la fleurir, mais j'aimerais trouver de petits arbustes pas trop hauts et des rosiers pour structurer et mettre de belles couleurs autres que du vert !!!!!

Zone crash test 3 : une haie de lierre devant ma terrasse, dans le prolongement de la vue ci-dessus, donc même orientation toujours, mais difficulté supplémentaire, les racines du lierre qui assèchent encore le sol et empêchent la plantation de nombreuses plantes qui pourraient venir égayer cette zone que j'ai en horreur !


ouh ouh, vous êtes toujours là ? vous n'avez pas fui devant autant d'horreurs ???

Cette haie est plus clairsemée qu'il n'y parait et on voit par endroits le grillage qu'il la soutient ou le bout de mur grisâtre à droite des tipis en bois. Donc, mission 3, trouver un rosier grimpant très très grand qui viendrait s'entremêler à cette haie et m'offrirait de belles roses. 
A savoir, j'avais tenté un hortensia grimpant, il a disparu....pas tenu le choc. Mais peut-être la plante n'était-elle pas de super qualité, je l'avais achetée dans une jardinerie en ligne que je vous déconseille "le jardin du pic vert". 

Vous vous doutez que j'ai commencé à arpenter le net à la recherche de rosiers amateurs de mi-ombre et de situations difficiles. André Eve et David Austin sont de bons conseils. Aussi ai-je arrêté mon choix sur 

Félicité et Perpétue ainsi que sur Veilchenblau qui pourraient fort bien faire mon affaire ! Ceux-là seront placés en zone 1 et 3

Pour la zone 2, je ne peux pas mettre de plantes grimpantes sur un mur qui ne m'appartient pas, mais je peux envisager de déplacer mon rosier blush noisette ou "the fairy" qui végètent un peu là où ils sont et qui tous deux tolèrent la mi-ombre.

J'ai aussi vu un article intéressant sur le site de ce rosiériste sur le sujet. Et apparemment, on peut rajouter à la liste des rosiers tolérant la mi-ombre "konigin von danemark" 

Maintenant, je suis toute ouïe à vos propositions, suggestions, idées car il y a de la place largement pour plusieurs rosiers et autres ! Ah et aussi, j'ai vu une clématite assez exceptionnelle qui parait-il est une perle pour masquer les verrues !

la clématite ternifolia, capable de couvrir 400 x 400cm, floraison de août à octobre, parfumée, résistante à la sécheresse. Attention, elle peut finir par couvrir 7m !!!! Vraiment à réserver pour les grands espaces ! Je compte la mettre pour prendre le relais du rosier à floraison unique derrière l'atelier ou il y a déjà (mur est) la clématite armandii qui elle fleurit au printemps
Clématite terniflora - Clématis - Clématite d'automne

Merci de m'avoir suivie jusqu'au bout de l'article !












24 commentaires:

  1. J'adore le terme "Crash test" C'est tout à fait ça. Et on a tous cette zone que l'on ne montre jamais. Petite idée pour la zone sèche à cause du lierre. Chez moi, j'en ai fait une rocaille. Des roches (trouvées dans mon sol) du sable, un peu de terre.. et le tour est joué. J'y plante des espèces alpines et de rocaille. Un succès. Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pas bête Pascale, mais peut-être n'est-ce pas assez ensoleillé chez moi au pied du lierre pour une rocaille....

      Supprimer
  2. Mais tu ne m'as pas du tout fait fuir au contraire, j'ai chez moi aussi de nombreuses zones bien à l'ombre que je ne sais pas trop comment améliorer... mais pourquoi tu focalises-tu sur les roses pour animer ces endroits ? Pourquoi pas des viornes, des hydrangeas, des clématites et je ne sais encore... ce qui nous décourage je crois c'est que c'est vraiment moche au départ, ce qui nous empêche de développer de la fantaisie et pourtant ces endroits-là nécessissent d'être particulièrement... créatifs... courage donc à toi et à moi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je me doute bien que je ne suis pas la seule ! non, je te rassure, je ne suis pas focalisée sur les rosiers, c'est juste que pour l'instant, j'ai concentré ma première recherche là dessus avant de passer à d'autres plantes, mais cet article aura une suite en fonction de l'avancée de mes recherche sur les plantes adéquates ! J'ajoute que j'ai déjà tenté les hydrangea...trop sec le sol chez moi, les viornes et les clématites, oui, je vais creuser. Tu as raison, de qui décourage, c'est que ce soit très moche au départ ! Mais c'est aussi un défi à relever et ça me plaît !

      Supprimer
  3. Moi, j'aime ce genre de défi ! J'ai plein de zone d'ombre dans mon jardin, bourrées de racines, sèches ... c'est pas toujours évident à meubler !
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui Sylvaine ! quand il y a beaucoup de racines, on est souvent obligée de se contenter de toutes petites plantes dont les racines ne sont pas grandes et ne seront pas gênées par des racines d'arbustes ou d'arbres

      Supprimer
  4. Je fais les mêmes recherches de rosiers pour des raisons similaires et j'ai jeté mon dévolu sur Rambling Rector pour sa vigueur (jusqu'à 5m par an!), sa tolérance de l'ombre et ses beaux fruits en automne. Pour info, le site de David Austin présente des variétés qui ont fait leurs preuves, pas uniquement les siennes. Une situation difficile dans un jardin, c'est un défi à relever qui nous force à réfléchir autrement. Courage, je suis sûre que le résultat sera là!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci Christine ! Nous avons toutes des difficultés à surmonter au jardin et ce sont toujours de beaux défis à relever et une expérience intéressante

      Supprimer
  5. Je t'en ai déjà parlé et tu as pu le constater par toi même : David Austin propose des rosiers pour murs exposés nord, mais aussi pour zones difficiles, pots, etc... C'est là-dedans que j'ai fais mon choix.
    Pour le peu de recul que j'en ai dans mon jardin, Teasing Georgia Climbing est top. Chez moi, il pousse le long d'une haie de thuyas, à l'ombre du pommier une bonne partie de la journée et cela ne l'a pas empêché de fleurir et me dépasser (1m70) dès la première année.
    Paul Noël trouvé sur Promesse de fleurs a été une belle surprise aussi.
    Bises Delphine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui Estelle, je suis effectivement allée sur le site David Austin pour m'aider. C'est une bonne nouvelle que ton retour sur le rosier Teasing Georgia Climbing. Paul Noël, j'ai failli le prendre, mais de tête, je crois me souvenir qu'il est pas mal épineux....

      Supprimer
    2. oui Paul Noël est épineux :-)

      Supprimer
  6. Excellente idée. Les résultats m'intéressent. Pour info, j'ai un rosier (il s'appelle Henry martin) qui pousse bien à l'ombre (c'est un vendeur qui me l'a conseillé dans une foire aux plantes). C'est un rosier "mousseux" qui sent très bon. Et c'est vrai qu'il pousse et fleurit pas mal dans mon massif mais c'est plutôt à mi-ombre. Bonne plantation

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. super Annick pour l'info sur ce rosier, je vais le rajouter dans ma liste de rosier pour la mi-ombre. En plus c'est un mousseux, je les aime beaucoup !

      Supprimer
  7. Au contraire de voir ces zones "crash" çà fait un bien fou, on se sent moins seule tout à coup et j'en redemande !! Quelque part il y a rien de plus déprimant que de ne voir que des jardins parfaits. Je pense au grimpant Mme Alfred Carrière dont il vient d'être question sur FB, facile à palisser, très vigoureux et supportant la mi-ombre. Sinon en paillant beaucoup au pied les hydrangeas on arrive à les maintenir là où il y a des racines. Comme liane à l'ouest, j'ai la clématite Montana qui se porte très bien, ainsique autre grimpante à floraison printanière bordeaux et au très joli feuillage dont le nom m'échappe, je le recherche et je reviens !! Belle journée Delphine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. les zones crash habituellement, on les cache parce qu'elles sont vraiment trop moches ! Mais en en parlant, on peut trouver des solutions à plusieurs ! J'ai le rosier MMe Alfred carrière, mais il est bien parti là où il est, alors je le laisse. Clématite Montana, je l'ai aussi, mais je ne sais pas ce qu'elle va donner, je me suis aperçue qu'elle ne supporte pas forcément un sol argilo calcaire

      Supprimer
  8. Me voici de retour ! Pour la grimpante printanière bordeaux il s'agit de l'Akebia Trifoliata il en existe une à floraison crème abricotée il me semble. Chez PdF normalement il l'avait l'an passé.Sinon il y a les chèvrefeuilles et comme hydrangea grimpant que tu n'as peut-être pas essayé le Seemani, je viens de le tenter à l'Est et sur un sol rocheux de schiste et il a l'air de grimper !! Bon courage.

    RépondreSupprimer
  9. Rassure-toi: on a toutes et tous des zones crash test !
    On fait en sorte de ne pas trop les montrer la plupart du temps, c'est l'avantage de la photo: on cadre sur ce qui nous arrange.
    J'avais installé Veilchenblau à l'ombre sèche et, après 2 années de patience, il a commencé à m'offrir de magnifiques floraisons. Mais il a le défaut de ne pas être remontant.
    Aude.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu me rassures pour Veilchenblau, il sera dans les mêmes conditions que le tien, je saurai donc être patiente. Et oui, il n'est pas remontant, mais s'il fleurit, je serai déjà super contente !

      Supprimer
  10. J'arrive un peu tardivement ici. Ta haie de lierre ressemble beaucoup à une haie mitoyenne qui appartient à nos voisins (à l'origine une haie de thuyas qui est complètement envahie par les lierres, les ronces et le liseron)? Il y a 2 ans pour essayer de cacher la misère j'ai planté deux rosiers albieric barbier. C'est un rosier super costaud et il arrive à camoufler un peu le coin. la seule différence c'est que chez moi il est au soleil mais je suis sûre il serait aussi vigoureux dans un coin plus ombragé. C'était deux boutures que j'ai plantées. Voilà pour mon expérience! Tu trouveras des solutions j'en suis sûre. Bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et bien voilà, c'est le même cas de figure, haie mitoyenne appartenant au voisin (le liseron en moins, mais la ronce tout pareil). Je me note le nom de ce rosier super costaud. Les expériences des unes et des autres me confortent dans l'idée qu'un rosier pourrait égayer cette haie. Affaire à suivre !

      Supprimer
  11. Dis j'y pense : chez David Austin, ils m'ont conseillé de mettre un grand pot en plastique auquel je devais découper le fond, dans le trou de plantation. Cela permet de laisser le temps au rosier de s'installer sans la concurrence des racines des arbres et arbustes qui sont à proximité et que nous souhaitons camoufler. Je l'ai fais le long de la haie de thuyas.

    RépondreSupprimer
  12. C'est pas moche, c'est du potentiel de rêve :-)))!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'aime ta vision des choses ! Ca met du baume au coeur ! Merci pour tes com'

      Supprimer